Partenaires internationaux

Outre les liens qu’elle a tissés avec ses partenaires clés, EUMETSAT a conclu des accords de coopération avec un grand nombre d’autres organisations et agences internationales.

EUMETSAT a signé des conventions avec les organisations suivantes : l’Administration météorologique chinoise (CMA), l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), l’Agence météorologique japonaise (JMA), l’Administration météorologique coréenne (KMA), la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA, Administration américaine pour les océans et l’atmosphère), le Service météorologique du Canada (SMC) et le Service fédéral russe d’hydrométéorologie et de surveillance de l’environnement (Roshydromet).

 

L’Administration météorologique chinoise (CMA)

SIR CMA

La coopération établie en 1998 entre EUMETSAT et la CMA, principalement axée sur la formation et les activités opérationnelles scientifiques, a été bénéfique aux deux organisations.

Depuis les années 1960, la Chine est un acteur dynamique dans le domaine spatial. Elle compte à son actif un nombre conséquent de lancements de satellites, menés à bien depuis 1970. La CMA est le plus vaste service météorologique du monde. Son Centre national de météorologie satellitaire, implanté à Beijing, administre les programmes des satellites météorologiques géostationnaires et polaires chinois Feng-Yun. En 2011, la Chine a publié un livre blanc sur ses activités spatiales, dans lequel elle dresse le bilan des travaux déjà accomplis et définit un plan d’action pour les cinq ans à venir. Par la mise en œuvre de ce plan, la Chine apportera une contribution majeure au système mondial d’observation de la Terre, dont bénéficieront les utilisateurs du monde entier.

EUMETSAT et la CMA jouissent depuis 1998 d’une relation de coopération mutuellement avantageuse. Principalement axée, à l’origine, sur la formation et les activités opérationnelles scientifiques, elle a été récemment étendue à l’échange de données et de produits satellitaires et aux activités d’étalonnage et de validation des données satellitaires. Le livre blanc sur les activités spatiales publié par la Chine en 2011 fait explicitement mention de sa collaboration avec EUMETSAT.

L’échange de données opérationnelles s’applique aux données de Meteosat, de Metop, de Jason et des satellites chinois géostationnaires et polaires, dénommés respectivement FY-2 et FY-3. Cette coopération a également été étendue à la rediffusion des données d’EUMETSAT par le système de diffusion chinois CMACast (autrefois connu sous le nom de FENGYUNCast). Le système CMACast permet ainsi la redistribution des données et produits d’EUMETSAT vers tous les pays de la région Asie-Pacifique. EUMETCast et CMACast contribuent tous deux à GEONETCast, le système mondial de diffusion des données.

La coopération avec la CMA présente des avantages certains dans le contexte européen, particulièrement pour ce qui est de la transmission des données de la CMA aux services Copernicus. Grâce à cette collaboration, EUMETSAT pourra se poser en principal fournisseur de données pour de nombreux services Copernicus, en particulier l’océanographie et la surveillance de l’atmosphère et du changement climatique.

EUMETSAT collabore également avec la CMA dans le cadre de divers groupes de coordination tels que le CEOS, le CGMS, le GEO et le Programme spatial de l’OMM. 

CMA
 

Environnement Canada (EC)

SIR MSC

Portant initialement sur une participation d’Environnement Canada au service de retransmission des données ATOVS d’EUMETSAT (EARS), la coopération entre EUMETSAT et le Canada a pris une ampleur considérable du fait d’un protocole d’accord signé au début de l’année 2008 et prolongé en 2011 pour une période supplémentaire de cinq ans.

Cet accord de coopération est principalement axé sur l’accès et l’échange de données et de produits, ainsi que sur la participation potentielle du Canada au réseau des Centres d’applications satellitaires (SAF) d’EUMETSAT, notamment aux activités de développement scientifique et technique dans le cadre des SAF Glaces de mer, Hydrologie et GRAS. Il porte également sur l’appui pouvant être apporté aux activités de météorologie opérationnelle et de surveillance du climat par le biais d’une amélioration des observations dans les hautes latitudes, l’échange d’expériences en matière de formation à la météorologie satellitaire, une contribution éventuelle aux programmes et missions satellitaires à venir (en particulier durant la phase de définition) et la possibilité d’une collaboration dans le contexte de GEO et en faveur des pays en développement. 

Le Canada œuvre actuellement à la préparation d’une mission à orbite hautement elliptique, appelée PCW (mission polaire de télécommunications et de météorologie). Le projet n’en est qu’à ses débuts. Cependant, s’il se réalise, il permettra de recueillir des données plus précises sur l’hémisphère nord.

La coordination avec le Canada se fait également dans un contexte international, au sein d’organes tels que le CEOS, le GEO et les programmes spatiaux de l’OMM.

Site internet d’Environnement Canada
 

L’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO)

SIR ISRO

En 2000, EUMETSAT et l’ISRO ont entamé une coopération axée principalement sur des consultations régulières, le partage d’informations et d’images provenant de leurs satellites respectifs d’observation de la Terre à des fins d’analyse et de prévision du temps, et l’échange de données et de produits satellitaires.

Depuis le début des années 1980, l’ISRO exploite le segment météorologique des satellites INSAT, suivis des satellites opérationnels KALPANA à vocation météorologique, et enfin des satellites océanographiques Oceansat. L’ISRO coordonne l’utilisation qui est faite des données avec le service météorologique national indien.

En 2000, EUMETSAT et l’ISRO ont entamé une coopération axée principalement sur des consultations régulières, sur des échanges en matière d’étalonnage-validation, de formation, de savoir-faire scientifique et de radio-occultation, ainsi que sur le partage de données et de produits provenant de leurs satellites respectifs d’observation de la Terre à des fins d’analyse et de prévision du temps.

Plus récemment, cette coopération s’est étendue aux satellites destinés à la production de données océanographiques. Ces données proviennent entre autres des missions suivantes : Oceansat-2, SARAL et Megha-Tropiques (ISRO-CNES), et Jason-2 (États-Unis et Europe). La mise à disposition des données d’Oceansat-2 a été parachevée en 2011. En outre, il est prévu qu’EUMETSAT, l’ISRO et le CNES concluent un accord tripartite donnant accès aux données de Megha-Tropiques à la communauté des utilisateurs européens.

La coordination entre EUMETSAT et l’ISRO se réalise également dans un contexte international, au sein d’organes tels que le CEOS, le CGMS, le GEO et les programmes spatiaux de l’OMM. 

Site internet de l’ISRO
 

L’Agence météorologique japonaise (JMA)

SIR JMA

La coopération entre EUMETSAT et la JMA, établie en 2007, permet d’instaurer un cadre à long terme d’échange d’informations sur les programmes satellitaires actuels et futurs, de coordonner la mise en œuvre des recommandations pertinentes de l’OMM et du CGMS et de partager les données et produits provenant des satellites respectifs des deux organisations.

La coopération entre EUMETSAT et la JMA, établie en 2007, permet d’instaurer un cadre à long terme d’échange d’informations sur les programmes satellitaires actuels et futurs, de coordonner la mise en œuvre des recommandations pertinentes de l’OMM et du CGMS et de partager les données et produits provenant des satellites respectifs des deux organisations. EUMETSAT et la JMA envisagent également de coopérer à l’optimisation des infrastructures pour permettre le partage des données satellitaires à l’échelle régionale, de promouvoir l’échange des données satellitaires d’observation de la Terre et de leurs archives, d’œuvrer au développement des méthodes d’extraction des données satellitaires et de favoriser le partage d’instruments satellitaires et les échanges entre experts.

Cette coopération vise à appuyer les activités d’analyse et de prévision du temps, ainsi que la recherche climatologique.

EUMETSAT collabore également avec la JMA dans le cadre de divers groupes de coordination tels que le CEOS, le CGMS, le GEO et le Programme spatial de l’OMM. 

Site internet de la JMA
 

L’Administration météorologique coréenne (KMA)

SIR KMA

La coopération de longue date qui existe entre EUMETSAT et la KMA a été renforcée en 2006 lorsque les deux organisations ont établi un cadre leur permettant de se consulter régulièrement, ont donné la priorité au développement d’applications pour les données satellitaires, aux méthodes de traitement des données, à la formation et à la recherche scientifique, et ont exprimé le souhait de favoriser les échanges de produits et données satellitaires.

La KMA est l’institut responsable de la mission météorologique du premier satellite géostationnaire mis au point par la Corée du Sud, dénommé COMS (de l’anglais « Communication, Ocean and Meteorological Satellite ») car il est conçu aussi bien à des fins de télécommunication que d’observation océanographique et météorologique. Son lancement date du 26 juin 2010. La Corée du Sud envisage de mettre au point de nouveaux satellites COMS dans le cadre de son programme de développement spatial à long terme.

La coopération de longue date qui existe entre EUMETSAT et la KMA a été renforcée en 2006 lorsque les deux organisations ont établi un cadre leur permettant de se consulter régulièrement et ont mis l’accent sur le développement d’applications pour les données satellitaires, les méthodes de traitement des données, la formation et la recherche scientifique. Après le lancement du satellite COMS, l’accord de coopération conclu avec la KMA a été étendu en 2011 et prévoit désormais l’échange de données et produits satellitaires.

Les avantages de cette collaboration se sont manifestés dans les domaines de la prévision numérique du temps, de la prévision immédiate, de la surveillance du climat et des activités d’étalonnage et de validation. En outre, la KMA contribue désormais à un plan mondial de secours mutuel pour les satellites géostationnaires, conformément à la stratégie adoptée par le CGMS.

Comme c’est le cas pour la CMA, l’ISRO, la JMA et Roshydromet, la coordination avec la KMA se réalise également dans un contexte international, au sein d’organes tels que le CEOS, le CGMS, le GEO et les programmes spatiaux de l’OMM. 

Site internet de la KMA
 

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA)

SIR NOAA

EUMETSAT collabore étroitement avec la NOAA (l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère), et en particulier avec son Service national d’information, de données et de satellites pour l’étude de l’environnement, le NESDIS.

EUMETSAT collabore étroitement avec la NOAA (l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère), en particulier avec son Service national d’information, de données et de satellites pour l’étude de l’environnement, le NESDIS.

Le NESDIS exploite les satellites opérationnels à visée environnementale de la NOAA, gère les centres de données nationaux de la NOAA, fournit les informations et les données, notamment celles qui ont trait à la surveillance du système terrestre, réalise les études officielles d’évaluation environnementale et mène les travaux de recherche associés. Le service météorologique national de la NOAA est l’utilisateur principal des données satellitaires, dont il se sert pour préparer des prévisions météorologiques destinées aux chaînes de télévision ou de radio et aux services responsables de la diffusion des avis météorologiques.

Le système satellitaire opérationnel à visée environnementale de la NOAA se compose de satellites opérationnels environnementaux en orbite géostationnaire (GOES) pour la diffusion d’avertissements à courte échéance et la prévision immédiate, et de satellites environnementaux en orbite polaire (POES) pour la prévision à plus longue échéance. Seule une combinaison de ces deux types de satellites peut former un système complet de surveillance du temps à l’échelle planétaire. Des instruments de recherche et de sauvetage embarqués à bord de ces satellites ont permis de sauver la vie de 20 000 personnes à ce jour. Ces satellites sont également employés à l’appui de la sécurité aérienne (p. ex. détection des cendres volcaniques) et de la sécurité maritime (p. ex. surveillance et prévision de l’état des glaces).

En 1998, la NOAA et EUMETSAT ont conclu un accord prévoyant la mise en place d’un Système polaire initial commun (IJPS). Composé de deux systèmes satellitaires en orbite polaire et de leurs segments sol respectifs, le système IJPS offrira des services perfectionnés de prévision météorologique et environnementale et de surveillance du climat à l’échelle mondiale. Sur le long terme, il continuera d’observer l’environnement depuis l’orbite polaire.

Le programme IJPS apportera une contribution et un soutien importants au Système mondial d’observation de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), au Système mondial d’observation du climat, au Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), à la Commission océanographique intergouvernementale (COI) et aux programmes associés.

La coopération entre la NOAA et EUMETSAT ne se limite pas aux satellites en orbite polaire. Les deux organisations ont en effet conclu des accords de secours mutuel et d’échange de données pour leurs satellites géostationnaires.

Dans un avenir à moyen et long termes, et dans la continuité de leur coopération IJPS, la NOAA et EUMETSAT joignent aujourd’hui leurs efforts pour mettre en place un Système polaire commun (JPS) d’ici 2018. Le système JPS sera principalement constitué des éléments suivants :

  • le Système JPSS (Système satellitaire polaire commun) de la NOAA, couvrant l’orbite de l’après-midi ;

  • la série de satellites Metop du Système polaire d’EUMETSAT de deuxième génération (EPS-SG), couvrant l’orbite de milieu de matinée ;

  • l’accès aux données d’autres missions appropriées exploitées par des tiers.

EUMETSAT et la NOAA collaborent tout aussi étroitement au programme Jason-2. Jason-2 est une source fiable de données océanographiques précises dont l’apport est crucial pour mieux comprendre les prévisions météorologiques et la surveillance du changement climatique.

À partir de 2014, Jason-3 mesurera l’élévation du niveau de la mer, prenant le relais des satellites Jason-2, Jason-1 et TOPEX/Poseidon utilisés à cette fin au cours des 18 dernières années. Avec le concours du CNES et de la NASA, EUMETSAT et la NOAA assureront la direction de ce programme, EUMETSAT conservant le rôle opérationnel qui lui était déjà dévolu dans le programme Jason-2.

La NOAA et EUMETSAT collaborent en outre dans le cadre du Groupe de coordination des satellites météorologiques (CGMS).
Leur coopération est par ailleurs renforcée par la présence d’un agent détaché de la NOAA travaillant au siège d’EUMETSAT. La NOAA possède de plus le statut d’observateur au Conseil d’EUMETSAT, et EUMETSAT celui d’observateur auprès du SUAG (Groupe consultatif des utilisateurs principaux) de la NOAA, bientôt rebaptisé ESUG (Groupe américain des utilisateurs de satellites environnementaux). 

Site internet d’NOAA

Site internet d’NESDIS
 

ROSHYDROMET

SIR ROSHYDROMET

Les relations de travail entre EUMETSAT et Roshydromet datent de 1997.

En Russie, Roshydromet est l’institution responsable de l’exploitation de la série Meteor de satellites météorologiques polaires (leo), de la série GOMS-Elektro de satellites hydrométéorologiques géostationnaires (geo) et de la série Okean de satellites océanographiques.

Les relations de travail entre EUMETSAT et Roshydromet datent de 1997. Le cadre actuel de coopération permet aux deux organisations de se consulter régulièrement, d’identifier les domaines propices à une collaboration future et d’échanger les données et les images provenant de leurs satellites geo et leo respectifs. Préparant l’avenir, Roshydromet prévoit de lancer une série de nouveaux satellites d’observation de la Terre (geo, leo et océanographiques) dans les années qui viennent. Parmi les autres domaines de collaboration envisagés figurent la formation et les activités de validation et d'étalonnage des données satellitaires.

Roshydromet a installé des stations opérationnelles HRPT à Moscou, à Novossibirsk et à Khabarovsk. Au début 2010, la station de Moscou a été intégrée au réseau du Service avancé de retransmission d’EUMETSAT (EARS), permettant une couverture plus complète de l’hémisphère Nord. À terme, EUMETSAT espère que les deux autres stations viendront également s’intégrer au service EARS.

Comme c’est le cas pour la CMA, l’ISRO, la JMA et la KMA, la coordination avec Roshydromet se réalise également dans un contexte international, au sein d’organes tels que le CEOS, le CGMS, le GEO et les programmes spatiaux de l’OMM. 

Site internet de ROSHYDROMET

Disponible aussi en:  English - Français - Deutsch

 
By continuing to use this website, you are giving consent for EUMETSAT to store certain information about you. To learn more about what information EUMETSAT collects and how it is used, please view our Terms of Use page.